TRANSPARENCE ET EFFICACITE BUDGETAIRE; DES ACTEURS DES MEDIAS ET DE LA SOCIETE CIVILE A L'ECOLE BOOST PDF Imprimer Envoyer
Écrit par Jérémie COMPAORE   

A l’initiative de la Banque mondiale,  une trentaine d’acteurs des médias et de la société civile (dont le CRIGED) ont pris part du 5 au 8 août 2015 à Bobo-Dioulasso à une formation sur BOOST, un outil permettant l’accès facile à l’information budgétaire.

BOOST n’est pas un sigle mais le nom d’un nouvel outil de traitement de données élaboré à la Banque mondiale pour faciliter l’accès à l’information budgétaire. Déjà appliqué dans plusieurs pays africains dont le Mali, l’instrument BOOST pourrait bientôt être expérimenté au Burkina Faso. L’accord pour son expérimentation dans le pays a été acquis en 2014. Dans la perspective de cette expérimentation, la Banque mondiale a initié une série de formations au profit des acteurs concernés.

 

 

Dans ce cadre, des acteurs des médias et de la société civile dont le CRIGED ont été en formation le jeudi 6 et le vendredi 7 août 2015 à l'hôtel Sissiman à Bobo-Dioulasso. La formation a été assurée par des responsables et cadres de la Banque mondiale venu de Washington à savoir Samba Ba, YemdaogoTougma et Mariam Diop du Bureau de Ouagadougou. Ont été également formateurs Alassane Ouédraogo du ministère de l’économie et des finances et le consultant Clément Combary. Lazare Zabré et Lionel Yaro de la Banque mondiale Burkina Faso ont été les facilitateurs.

BOOST, un outil efficace de transparence budgétaire

BOOST est un outil efficace de promotion de la transparence budgétaire. Il permet de déterminer aisément l’affectation et l’utilisation des dépenses publiques. Il rend plus accessibles que jamais auparavant les données détaillées sur les dépenses publiques, y compris les dépenses infranationales. Il facilite des travaux d’analyse plus pratiques et plus perspicaces pour éclairer les recommandations stratégiques sur l’amélioration de la qualité et de l’efficacité de la prestation des services publics. BOOST permet de fournir des informations sur la manière dont l’argent est dépensé et par qui il est dépensé.

En quelques heures et non en quelques semaines ou mois, il est possible de produire des tableaux types indiquant les tendances des dépenses – ventilées selon la classification économique, fonctionnelle ou administrative du budget (ou selon toute combinaison de chacune des classifications). Une fonctionnalité qui est des plus utiles est la possibilité pour l’utilisateur, lorsque la classification budgétaire du pays le permet, de suivre les dépenses au point où le service est fourni (districts, hôpitaux, écoles).

La nomenclature budgétaire et le logiciel Excel, deux préalables

L’utilisation de l’outil BOOST nécessite la maîtrise des questions budgétaires, notamment la nomenclature, et du logiciel Excel. C’est pourquoi, la présente formation s'est axée entre autres sur la nomenclature budgétaire et les fonctions Excel.

L’objectif de l’atelier, a expliqué Mariam Diop, c’est de faire en sorte que les participants puissent utiliser les connaissances acquises pour non seulement accéder facilement à l’information, mais aussi pour en exiger davantage, tout cela concourant à l’amélioration de la transparence budgétaire. La transparence budgétaire, ajoute-t-elle, permet au pays qui la pratique d’avoir une crédibilité auprès des bailleurs et sur les marchés financiers. Elle peut aussi avoir des incidences positives sur la contribution des citoyens au budget national et limiter ainsi sa dépendance vis-à-vis des ressources extérieures.

Grégoire B. Bazié

Lefaso.net

 

Directrice Exécutive

ACTIVITES EN COURS

 

Projet "Genre, santé sexuelle

et de la reproduction des

jeunes en milieu scolaire

au Burkina Faso"

 

Elaboration d'un livret sur la

santé sexuelle et la santé de

reproduction en milieu scolaire

 

Projet "Renforcement de la
participation des femmes
à la Commission de la
Condition de la Femme"

PUBLICATION CRIGED