Une loi taillée sur mesure ? PDF Imprimer Envoyer
Écrit par Hamadou Soulama TRAORE   

 

Pour qu’elle puisse être véritablement appliquée, la loi a été revêtue d’un caractère coercitif. Ainsi, tout parti ou regroupement qui ne respecterait pas le quota de 30%, perdrait 50% du financement public.
Dans le même temps, il est également prévu un bonus de 50% pour ceux qui vont au delà. Norbert Tiendrébéogo du Front des forces sociales (FFS) s’insurge contre cette décision car à ses yeux, les partis d’opposition ont parfois du mal à mobiliser ne serait-ce que 10% de femmes. Pour Abdoul Karim Sango du Parti pour la renaissance (PAREN), plutôt que d’imposer ces quotas, il aurait été plus judicieux de nommer les femmes à de hautes responsabilités afin qu’elles puissent s’y forger de fortes personnalités ce qui serait à même d’induire naturellement leur engagement politique.

Lire la suite...
 
« DébutPrécédent1234567SuivantFin »

Page 7 de 7

Directrice Exécutive

ACTIVITES EN COURS

 

Projet "Genre, santé sexuelle

et de la reproduction des

jeunes en milieu scolaire

au Burkina Faso"

 

Elaboration d'un livret sur la

santé sexuelle et la santé de

reproduction en milieu scolaire

 

Projet "Renforcement de la
participation des femmes
à la Commission de la
Condition de la Femme"

PUBLICATION CRIGED